Le Durmitor

Messages personnels : doudouwp qui es-tu ?(merci de me contacter par mail !) et Bertri, comment as-tu débarqué sur ce site ? (idem)

Le Parc national du Durmitor est au Nord  du Monténégro. C’est haut, c’est beau. Il y a une station de ski, c’est Žabljak.

Loin de Danilovgrad…

.

Žabljak a totalement brûlé à l’issue de la deuxième guerre mondiale et a été totalement reconstruit, à la mode yougoslave. Béton, métal. Un parti pris de modernité qui a mal vieilli, comme beaucoup de villes « nouvelles » des années 60/70 partout en Europe. Amateurs de vieilles pierres s’abstenir..

Hôtel Planina, fermé.
(cette photo n’est pas de moi)

Mais bon..je suis revenue à Žabljak pour le lac noir ( Crno Jezero) et pour étendre ma virée vers les Gorges de la Tara.

Ici, avec le passage à l’heure d’hiver, le soleil se couche vers 16h30, et c’est nuit noire 15 mn plus tard. Les randos/ promenades il faut les démarrer tôt. Donc hier matin, départ de Danilovgrad au lever du soleil. 

La route est bonne. Il y a juste une vingtaine de km de virages vraiment pénibles pour passer une vallée qui fend le bloc montagneux . Au fur et à mesure de la descente, je me suis enfoncée dans un bon brouillard bien épais. 3°c. Pour le coup, j’ai mis le chauffage dans la bagnole.

Jour 1. Le lac noir.

Bien sûr, il n’est pas noir. Il est vert. Mais l’ombre des grands pins lui confère un aspect vert très foncé par endroits.

Le petit lac
Le grand lac

Il y a en fait deux lacs, reliés par une étroite bande de pierres, elle-même coupée par un ruissellement. Étonnamment, le « petit lac » est 2 fois plus profond que le « grand lac » ( 49 mètres quand même ! )

Une route pédestre mène au lac. Et comme tous les beaux endroits aisément accessibles, c’est un lieu de promenade « familiale ». Il y a un « restaurant national », chic et cher, une espèce de grand chalet avec une terrasse. ( La photo ci-dessous n’est pas de moi.)

En fait, les gens font 100m de marche au bord du lac, 200 m. pour les plus hardis, demi-tour et resto.

Ce qui fait que j’avais le reste des deux lacs pour moi toute seule, un peu comme d’habitude…

J’ai crapahuté trois bonnes heures autour des deux lacs. Parfois, les rives sont impraticables, car c’est du roc, alors le sentier grimpe dans la forêt de pins. Après, j’ai fait comme tout le monde, je suis allée boire un café à la terrasse du resto. On peut être Saint, sans obligatoirement être Martyr.

Chouette promenade

Jour 2. Curevac

(prononcer tchourevats)

Après avoir gratté le givre sur le pare brise. (Uuurg). Direction Curevac. Le mont Curevac..( re-uuurg). 1625m. Heureusement que je ne partais pas du niveau de la mer… Donc gelée blanche, -1°c. 7h 30.  Un peu froid aux mains. Mais la perspective d’admirer une toute petite partie du canyon de la Tara de très haut, cela motive.

Le type de petite rando « dans le bon sens ». Tu montes, montes, montes, tu arrives au sommet, et pour le retour, tu ne fais que descendre. ( Lentement, c’est raide, les pierres sont glissantes, bref, tu as l’ élégance d’un éléphanteau en détresse).

Une rivière de nuages. Des méandres de nuages. Je me suis dit que la Tara, je n’étais pas près de la voir.

Allez, un presque 360 « tour de rein »

Alors j’ai attendu. Presque deux heures. Et puis très lentement, presque imperceptiblement, ça s’est levé.

Un homme jeune est arrivé, auquel j’ai commencé péniblement à expliquer en serbe que le chien était gentil et qu’il n’y avait pas de problème, blablabla. Démonstration habituelle : « Kip ! Assis! » . Le type s’est décontracté. « Ah, vous êtes Française ? Ben, je suis Français aussi ». Un startupper en informatique, en plein télétravail, auquel j’ai révélé quelques-uns de mes spots. Je lui ai demandé de faire une photo. Kip s’est défilé comme d’habitude.

Pour une fois je suis sur la photo…

Il est reparti, j’ai continué à attendre.

Kip observe aussi..
Tout en bas, la Tara.

Alors je suis redescendue…et je suis repartie.

(faudrait nettoyer le pare-brise, Marcelle !)

En direction DU pont sur la Tara. (Đurđevića most)

(C’est plus Marcelle-la vieille en cavale, c’est Tinetine reporter…)

Ce pont est émouvant, historiquement émouvant (selon moi). Peut-être à cause des romans que j’ai lus et qui évoquent les Partisans serbes pendant la deuxième guerre mondiale, peut-être à cause de Tito, peut-être à cause du communisme yougoslave (ou non). Peut-être parce qu’il y a des hommes capables de sacrifice.

Lien avec un très long article de Wikipédia sur le front yougoslave. Bon ok, c’est très, très long, mais vous allez découvrir beaucoup de choses. En tout cas, l’armée des Partisans de Tito ne s’est jamais rendue (je résume). Et ce sont bien les Partisans serbes qui ont libéré Sarajevo en 45. (ironie de l’Histoire, non ?)

Bon, allez le pont.

Ce pont reconstruit, deux hommes l’ont fait sauter, en 1942, pour retarder l’avancée de l’armée italienne : l’ingénieur qui avait conçu le pont et un jeune partisan. Et ça, ça m’émeut.

Quatre photos pour donner une idée de l’ouvrage.

Et puis ce matin, je suis repartie vers Danilovgrad, dans les virages et le brouillard. -3°c.

Publié par l'excédée

aquarelle, jardinage, David Austen, Yourcenar, Marc Aurèle, Rome, bidouilles, semis, camping sauvage, france culture, art nouveau, de stijl, Silverberg, escapades, récup', Gudrun Sjoden.

8 commentaires sur « Le Durmitor »

    1. Pire que ça ! Il y a maintenant un câble tendu d’une rive à l’autre (ils appellent ça un ZIP) au bout duquel des amateurs de sensations fortes glissent d’une rive à l’autre.
      Moi, J’AI le vertige, mais pas Kip. Pendant les « promenades de chien » je fais très attention (mais j’ai peur quand même).

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :