Pula..

Pula.
C’est le nom de la ville où j’ai échoué. ( Comme une méduse morte).
Pula. J’aimerais pouvoir dire  » Plula ! « 
Mais non.
Hier, randonnée au garage Renault,  histoire que le type juge de ma détermination ( sans faille). Parce que se cogner la zone industrielle de Pula, à partir du camping de Stroja, ça démontre une volonté certaine.
( Ou une totale inconscience). Mais les mécanos de chez Renault sont confinés chez eux, Covid oblige. Trois sur cinq. Vous reviendrez en deuxième semaine, ma petite dame.

Les perspectives de réparations s’éloignant telles un point de fuite,  jamais atteint par définition, j’ai changé de crèmerie. J’ai emménagé dans un  » apartman » à peine plus cher que le camping ******* de Stroja.

Il va pleuvoir, partager ma tente de 2 m2 pour seul abri, avec le chien attaché ou en laisse, galoper aux sanitaires distants de quelques centaines de mètres, me galérer pour recharger le mobile et autres joyeusetés, j’en ai eu ma claque.

En camping sauvage, tu fais pipi où tu veux, le chien baguenaude à sa guise, et tu n’as pas besoin de parler couramment allemand.

Avant
Après


Hier en fin de soirée, visite de mon nouveau domaine et promenade de chien. Aaaaah, une autre Zone ! À un km de mon palace. Une toute petite zone.

(Eh, ça y est ! J’ai trouvé la manip sur l’appli pour que les photos puissent être ouvertes dans un autre onglet et agrandies.)


Des bâtiments que je trouve splendides. Certains en ruine, d’autres qui servent à stocker des palettes, des cageots pour le maraîchage.

Ce n’est pas complètement désert. Deux voitures garées, une camionnette…

Ambiance un peu glauque. Toute seule, je n’y serais sans doute pas allée. Mais Kip, pour qui ne le connaît pas,  peut apparaître dissuasif et m’offre une excuse toute trouvée : je promène le chien. »Šetam svog psa! »  ( en idiome local).

Pleine de palettes

En prime deux énormes citernes à pétrole, démantelées, rouillées à souhait.

Akcébo!

Ce matin, j’ai fait une super randonnée. J’vous raconterai. Cet aprèm, je vais m’avilir dans les plaisirs d’un confort presque bourgeois : je ne vais absolument rien faire.

À demain, ptet.

Publié par l'excédée

aquarelle, jardinage, David Austen, Yourcenar, Marc Aurèle, Rome, bidouilles, semis, camping sauvage, france culture, art nouveau, de stijl, Silverberg, escapades, récup', Gudrun Sjoden.

4 commentaires sur « Pula.. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :